Souffrance au travail et burnout


souffrance au travail
De plus en plus, nous entendons parler de souffrance réelle au travail, consécutive à une trop lourde charge de travail, avec un stress important et régulier. Cela peut aller jusqu'au burn-out. Mais qu'est-ce exactement ?
 

Les cause d'un burn-out 

Le burn-out survient lorsque la personne est littéralement submergée par un épuisement émotionnel sournois, consécutif à une importante surcharge de travail. Cela engendre beaucoup de stress, chaque jour.
Dans ce contexte, la personne s'épuise de l'intérieur, et également physiquement, par ce qu'elle veut toujours en faire plus !
Il n'y a plus que le travail qui compte, le repos devient quasi impossible pour elle. Elle ne vit plus que pour son travail, négligeant sans le voir tout ce qui se trouve à côté (famille, entourage, sommeil, alimentation, entre autres).
 
Demander à quelqu'un d'en faire toujours plus, en le surchargeant de choses à faire, sans qu'elle n'ait jamais le temps de souffler mène inévitablement à ce syndrome d'épuisement.
Un burn-out met du temps à mûrir, à détruire de l'intérieur. Quand le seuil maximal d'épuisement est atteint, la personne craque et fait une très grave crise de nerfs.
 

Qui est touché par le burn-out ?

Le burn-out peut toucher toutes les catégories, que la personne soit un simple employé, ou qu'elle ait un poste plus important, tel que celui d'un entrepreneur, ou d'un dirigeant. Le stress professionnel survient partout.
 
Un supérieur croulant sous les responsabilités, ou rencontrant de grosses difficultés professionnelles subites peut en être victime. Le processus est alors le même pour tous. Ce syndrome grandit petit à petit, pour finalement exploser !
 

Comment protéger le travailleur ?

Supprimer des tâches répétitives n'ayant au final aucune utilité dans le travail, donnant juste une impression de faire du surplace chaque jour, et le sentiment de ne jamais en finir avec ces tâches. Mieux répartir le travail entre chaque employé, pour mieux équilibrer les tâches. 
Revoir les horaires de travail (commencer plus tôt mais finir plus tôt aussi) peut éviter de se sentir submergé de travail, avec moins de fatigue en fin de journée de travail.
Enfin, chaque employé doit mieux veiller à son bien-être au travail, en s'accordant davantage de pauses, même courtes, pour souffler, s'étirer, marcher, et se reposer les yeux en cas de travail sur écran à longueur de journée.
Faire une pause n'est en aucun cas préjudiciable mais permet de se détendre avant de reprendre son travail, l'esprit plus reposé. Une pause doit aussi être prise au moment où l'on en ressent le besoin, pas seulement quand les collègues veulent prendre la pause ensembles.
 

Les avancées sur le sujet

Ce problème grandissant n'est pas encore suffisamment pris en considération. Rien n'est donc fait, concrètement, pour traiter les causes du burn-out, et mieux protéger les travailleurs. Il est donc important de trouver, sur les lieux de travail, des méthodes pour aider les employés, même si chaque entreprise doit agir par elle-même.
 

La loi et le burn-out

Le projet de loi, en vue de classer le burn-out comme maladie professionnelle, a malheureusement été refusé par le Sénat, qui n'a donc pas donné suite. 
1022 vues


Burnout et dépression

Le burnout est un problème bien réel et non imaginaire, la plupart des médecines du travail reconnaissent enfin cet état de dépression comme maladie de travail.


Retour